L'Historien Anecdotique

L'histoire par la petite porte
(mais pas celle de derrière).

Louis-Philippe Ier

Pas plus tard qu'il y a quelques jours j'écoutais comme à mon habitude le podcast de l'excellente émission Au Cœur de l'histoire sur Europe, émission animée par ce très bon conteur qu'est Franck Ferrand. En l’occurrence il s'agissait d'une émission sur Louis Philippe Ier, le tout dernier roi de France, ou plus exactement le dernier "roi de français".

Ce fut très intéressant et du coup je me suis intéressé un peu plus sur ce personnage dont on se souviens la plupart du temps uniquement par sa fameuse caricature par Honoré Daumier qui le compara à une poire.

Louis-Philippe se transformant en poire, Honoré Daumier, Le charivari, 1835.

En 1830 il arrive au pouvoir dans une monarchie constitutionnelle après la Révolution de Juillet. Il y restera 18 ans jusqu'à sa propre abdication le 24 février 1848 face à la révolution de 1848. Il abdique en faveur de son petit-fils et héritier Louis-Philippe II alors âgé de neuf ans. La proclamation par les insurgés de la Deuxième République empêchera son investiture.

Abdication de Louis-Philippe Ier le 24 février 1848. "J'abdique cette couronne que la voix nationale m'avait appelé à porter, en faveur de mon petit fils le Comte de Paris. Puisse-t-il réussir dans la grande tâche qui lui échoit aujourd'hui."

Louis-Philippe, à l'instar de Louis XVI et Marie-Antoinette et voulant sauver sa tête, se déguise et part s’exiler avec sa famille en Angleterre. Il y mourra le 26 août 1850.

Malgré ses nombreux défauts il marqua, avec son chef du gouvernement François Guizot, le début de la révolution industrielle avec l'expansion des chemins de fer (1 930 km de voies ferrées en 1848 contre 570 en 1842). Napoléon III continuera sur cette voie et posera les premières fondations de notre France moderne. Enfin je dis ça mais tout n'est pas rose, néanmoins les faits sont là et cette période sera décisive pour l'évolution du pays.

Je trouve toute cette période du XIXe vraiment intéressante avec des bouleversements tout aussi incroyables que complexes.

A noter que Louis-Philippe perdit prématurément son fils Ferdinand-Philippe le 13 juillet 1842 dans un accident de voiture. Déjà à l'époque la route était dangereuse. Sauf que blague à part, beaucoup d'historiens s'accordent à dire que cette perte changea assez l'avenir de la France. En effet le prince était apprécié et respecté des conservateurs comme des libéraux et bon nombre de gens de la bourgeoisie comme des classes inférieures fondaient grand espoir sur lui. L'affection que lui portait le peuple se trouva confirmée lors de ses funérailles.
L'écrivain Jules Janin écrit :
Ces prodigieux flots de population répandus dans l'espace de deux lieues et couvrant les contre-allées de deux immenses avenues, se dressant sur les trottoirs et sur les ponts d'une longue ligne de quais, s'amoncelant dans les rues, se suspendant aux fenêtres et sur les toits des maisons.
Fait confirmé par le préfet de police :
L'affluence qui remplissait les contre-allées des Champs-Élysées et tous les abords était d'une immensité incalculable.

La monarchie est très certainement morte avec lui.


Pour en revenir à Louis-Philippe, il existe deux photos connues de lui. Personnellement ça me fait tout drôle de voir en vrai des personnages historiques. Un sacré témoignage plein de vérité et bien loin des portraits officiels !

A gauche : Daguerréotype du roi pris en juin/juillet 1842 par Antoine Claudet. A droite : Daguerréotype du roi pris je sais pas quand ni par qui.


Sources :

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/bustes-daumier_louis-philippe.asp
http://marjorie-art.voila.net/Louis_Philippe.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis-Philippe_Ier#R.C3.A8gne
http://collodion.claude-marillier.net/PM/instantane.html 

Catégories: ,

Commentaires

Merci de rester courtois.