Defferre contre Ribière : Le dernier duel en France

Le duel est une coutume d'un autre temps, son but était de régler un différend entre deux individus en réparation d’une offense ou d’un tort tout en limitant les dommages collatéraux.

Il en existe plusieurs types (au premier sang ou à mort, au commandement, au visé...) et au XIXème siècle, tout était très codifié : L'offensé choisit la date, le lieu et les armes du duel (l'épée, le pistolet et le sabre sont les armes"légales"). Il y a deux témoins pour le pistolet et quatre pour l'épée ou le sabre.

Sous la bienveillance des autorités, cette pratique devint une mode. Les gens se battaient souvent pour des futilités et il était très mal vu de refuser un duel sous peine de perdre sa réputation et de se retrouver ainsi exclu de la bonne société. Entre 1826 et 1834, il y eut en France plus de deux cents morts par duel.

En 1903, tuer un adversaire au cours d'un duel est passible de la peine de mort, entraînant ainsi plusieurs pendaisons. Ce début de XXème siècle vit donc s'éteindre les combats "d'honneur".


Néanmoins en 1967 eu lieu le dernier duel connu et il oppose deux politiciens : Gaston Defferre, le maire de Marseille et René Ribière, le député du Val d'Oise

Lors d'une séance très agitée à l’Assemblée Nationale, Gaston Defferre est sans cesse interrompu au cours de son discours à la tribune, notamment par René Ribière. Excédé, Gaston Defferre perd son sang-froid et lui dit "Taisez-vous abruti !". Refusant de retirer l’insulte, il est provoqué en duel. L'arme choisie par l'offensé est l’épée et la date de l'affrontement est le 21 avril.


Les médias s'emparent de l'affaire et font tout pour immortaliser le combat. Le président Charles de Gaulle envoie même des émissaires pour faire annuler le duel mais sans succès.

Après avoir évité la police et la plupart des journalistes, le duel a lieu en secret dans une résidence privée de Neuilly-sur-Seine et est arbitré par le député gaulliste Jean de Lipkowski qui choisit les épées pointues de Defferre plutôt que celles émoussées de Ribière.

Malgré son entrainement en vue de l'affrontement, Ribière reste un amateur à l'épée tandis que Defferre est expert en escrime. Le duel est filmé et dure 4 minutes. Deferre touche à deux reprises son adversaire et l'arbitre met un terme à ce duel au premier sang. Heureusement car le perdant se mariait le lendemain...



Sources :

http://www.etaletaculture.fr/bref/le-dernier-duel-a-lepee-entre-deux-deputes-a-eu-lieu-en-1967/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Duel_(combat)
http://www.paris-a-nu.fr/20-avril-1967-le-dernier-duel-a-paris/
http://www.tournemire.net/Duels.html
http://souvenirsdutemps.xooit.com/t2146-Le-duel-d-honneur.htm

Catégories: ,

9 Responses so far.

  1. Anonyme says:

    Faute d'orthographe dès la première ligne mais bon article.

  2. J'avoue que l’orthographe n'est pas mon fort, en plus de vouloir écrire, cela n'arrange rien. Si vous voulez bien m'indiquer la faute je me ferai un plaisir de rectifier.

  3. Je suppose que c'était différend/différent.

  4. Anonyme says:
    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
  5. Anonyme says:

    super article le daron de djennane

  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
  7. trop bien l'article. Après la mort d'Edmonde Charles-Roux je me renseigne sur Gaston Defferre. Oui-oui, c'est vraiment captivant et très intéressant tout ça. Merci pour cette belle page d'histoire contemporaine.

  8. Oui, merci de rappeler de rester courtois. En plus "l'anonyme" ferait mieux de décliner son identité plutôt que de dire des insanités et qui plus est des bêtises. En effet, il n' y a pas de faute d'orthographe en première ligne. Le mot "différend" avec un "d" est correct. Sinon, bravo et merci pour l'article.

  9. Merci. La faute d'orthographe était réelle, je l'avais corrigé depuis. Par contre je n'avais pas vu le commentaire débile. En tout cas je suis content d'avoir de réactions surtout que cette année je relance ce blog !

Commentaires

Merci de rester courtois.